Share
rotate background

Le Cyber Terrorisme

La mondialisation, un terrain favorable au virtuel. La disparition des dimensions d’espace et de temps. Sans barrière juridique, culturelle et sans frontière. Des outils permettent de poursuivre masqué, difficilement identifiables. Un outil formidable pour les criminels.

Cela désigne la mutation du terme de terrorisme dans un cadre de nouvelle technologie en constante évolution. Elle à pour but la totale désorganisation des systèmes d’informations afin de créer un désordre, un trouble pour résulter à une peur. Mais elle peut également faire l’apologie d’idées sectaires ou anarchiques. Une cyber attaque peux devenir un cyber terrorisme dès lors qu’il atteint ce degré d’inquiétude auprès de sa cible. Le préjudice est idéologique, religieux, politique ou social.

La majorité des infrastructures diverses visant à faire fonctionner notre monde ultra connecté sont visées par des pirates informatiques qui optimisent leurs ordinateurs pour subtiliser des informations dans le but de revendre celles-ci ou de les utiliser lors d’un vol d’identité. Mais une attaque en cyber terrorisme est de causer des dommages physiques par l’intermédiaire du virtuel pour un idéo.

Les menaces les plus redoutées sont celles liées aux réseaux d’énergies. Si un pirate malveillant devait réaliser une cyber attaque contre une centrale électrique d’une grande ville ou un site stratégique, le résultat pourrait être catastrophique. Imaginez un black-out complet durant plusieurs heures entraînant un crash boursier ou l’explosion de celle ci entraînant la mort de plusieurs hommes.

Pour exemple, en 2010, les services secrets américains et israéliens auraient produit un programme malveillant permettant de s’immiscer dans le système informatique contrôlant une centrifugeuse Iranienne permettant l’enrichissement de l’uranium obligatoire pour créer la bombe atomique. Au-delà du renseignement, cela pourrait dévier dans de mauvaises mains.

 

La menace des fondamentalismes religieux.

Des groupes islamistes se dotent de fanatiques doués en cyber attaque, recrutés d’ailleurs sur ce terrain, permettant de faire l’apologie du terrorisme et en attaquant des sites d’institutions. Ils s’immiscent dans les serveurs et changent la page d’accueil d’un site web en y insérant leur bannière et message politico-religieux.

Al-Qaïda et Daech utilisent l’ensemble des réseaux de communication pour y faire passer leurs messages. Les réseaux sociaux comme Youtube, Facebook, Twitter leurs permettent de diffuser massivement. Ils recrutent des personnes par le virtuel pour en faire des soldats bien réels.

D’après un ministre britannique, l’état islamique développe en masse ses capacités afin de lancer des attaques mortelles dans divers pays ciblant les entreprises liées à l’énergie mais aussi les hôpitaux.

Lors de la guerre entre l’armée régulière et l’état islamique, des groupes d’activistes anti-Daech en Syrie ont été ciblés par une cyber attaque dans l’optique de pourchasser ses membres avec un mail piégé contenant un programme espion permettant de géo-localiser et d’aspirer leurs données. Certains de ces membres à l’issue de la récupération des informations, ont été kidnappés par Daech localisés dans des cafés d’activistes.

Un exemple de copie d’écran d’attaque par des réseaux islamistes : Le site de la maire de Goussainville a été piraté dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 janvier 2015

goussainville-pirate-daesh

 

Le Cyber Terrorisme n’est pas un fantasme.

Il suffit d’une poignée d’hommes compétents et assez d’argent pour réaliser une véritable attaque d’envergure mondiale.

 

Neutraliser les ennemis de la démocratie.

Pour les états, il est nécessaire que de nouveaux budgets soient alloués afin de garantir la sécurité et le contrôle des propagandes liées aux attaques terroristes sur la cyber espace. Mais évidemment cela n’est pas sans conséquence, l’atteinte aux données privées et à l’espionnage industriel entre états.

Les Anonymous passent à l’action. « La liberté d’expression et d’opinion est une chose non négociable, s’attaquer à elle, c’est s’attaquer à la démocratie. Attendez-vous à une réaction massive et frontale de notre part car le combat pour la défense de ces libertés est la base même de notre mouvement », expliquait Anonymous lors des attaques sur Paris en 2015.

daesh-islamistes-anonymous

Dans un cadre de contrôle, je vous propose mes services en contre-espionnage.

Thomas de Chessé

 

  • /